Vous êtes ici : Le guide du Fonctionnaire > Finance > Leasing auto fonctionnaire > Fonctionnaire : faut-il choisir la LOA ou la LLD pour son leasing auto ?

Fonctionnaire : faut-il choisir la LOA ou la LLD pour son leasing auto ?

Fonctionnaire : faut-il choisir la LOA ou la LLD pour son leasing auto ?

Le leasing a deux visages. En LOA, il permet de louer puis racheter le véhicule en fin de bail tandis qu’en LLD, il n’offre pas la possibilité de devenir propriétaire du bien. Le choix entre ces deux formules va principalement dépendre des habitudes de conduite du fonctionnaire ainsi que de l’importance qu’il accorde à la propriété individuelle de ses biens.

Qu’est-ce que la LOA pour fonctionnaire ?

Connue aussi sous le nom de location avec promesse de vente ou crédit-bail, la Location avec Option d’achat (LOA) est une solution de financement à destination des professionnels ou des particuliers désireux de disposer d’un véhicule sans s’endetter ni investir. L’offre est également adaptée aux agents de la fonction publique qui ont besoin d’une solution de mobilité dans leur quotidien entre autres pour leur travail. La LOA consiste à s’engager auprès d’un organisme financier afin que celui-ci achète le modèle de voiture désiré chez un concessionnaire pour le proposer en location à son client en échange de loyers mensuels.

Le choix du véhicule ainsi que des équipements est libre. Une fois le contrat conclu, le contractant règle certains frais tels que le premier loyer majoré équivalent à 15 à 30 % du prix de la voiture. À l’échéance du bail, trois options de sortie sont suggérées au souscripteur à savoir la restitution du véhicule auprès du bailleur, un renouvellement du contrat avec de nouvelles modalités ou l’achat de la voiture moyennant le règlement de la valeur résiduelle. La LOA permet ainsi de ne pas perdre les investissements faits dans les loyers mensuels.

Qu’est-ce que la LLD pour fonctionnaire ?

La Location Longue Durée (LLD) est régie par la législation de la location mobilière, contrairement à la LOA qui est encadrée par le Code de la consommation et qui prévoit entre autres un délai de rétractation de 14 jours. La différence entre ces deux solutions repose principalement sur la finalité du contrat. Si le fonctionnaire a la possibilité de racheter son véhicule au terme de sa LOA, cette option n’est pas prévue dans la LLD. Le souscripteur a donc le devoir de rendre la voiture lorsque son contrat s’achève.

Dans ce contexte, cette formule s’adresse principalement aux personnes qui n’envisagent pas la propriété individuelle de leur auto, car elles estiment que cela est une perte d’argent à cause de la décote et des frais d’entretien qui augmentent au fil des années. Elle permet aussi aux agents de la fonction publique ayant besoin de disposer d’un véhicule de profiter d’une grande diversité de services complémentaires tels que le dépannage, l’entretien et les extensions de garantie constructeur. Les frais découlant de ces prestations ne font pas l’objet d’une facturation à part et sont directement compris dans le prix des loyers mensuels. Il s’agit d’un gage de tranquillité pour les souscripteurs qui connaissent à l’avance le budget à allouer à leur véhicule.

En quoi le leasing auto est-il intéressant pour le fonctionnaire ?

Tout comme dans le cadre d’un crédit auto, les fonctionnaires peuvent profiter de leur statut professionnel pour jouir de certains privilèges auprès des organismes de financement. Les agents de la fonction publique ont droit à de meilleures prérogatives par rapport aux travailleurs du secteur privé en raison de la régularité de leurs revenus et de la stabilité de leur emploi. Les risques de non-remboursement s’avèrent plus faibles.

Le leasing donne également l’opportunité d’anticiper l’avenir. De nombreux fonctionnaires ont des postes rapidement évolutifs avec des mutations géographiques et des déplacements réguliers. Or, le leasing fixe un plafond kilométrique à ne pas dépasser chaque année de l’ordre de 10 000 à 20 000 km. Cette mesure a été prise pour contenir la décote de la voiture et faciliter la revente sur le marché de l’occasion. Toutefois, il est possible de modifier le kilométrage annuel fixé dans le contrat si celui-ci prévoit une clause spécifique.

Beaucoup de mandataires automobiles et de concessionnaires ont formulé des offres spécialement dédiées aux agents de la fonction publique. Le but de cette stratégie est de séduire une nouvelle clientèle ayant un profil attractif. Les gendarmes, les policiers, les enseignants ou autres agents territoriaux font partie des principales cibles. Les avantages octroyés prennent généralement la forme de réduction tarifaire sur les loyers.

Les astuces pour bien choisir

Choisir entre la LOA et la LLD n’est pas forcément évident, étant donné que les deux offres présentent de nombreuses similitudes. Pour trancher, le fonctionnaire a besoin de faire le point sur ses habitudes de conduite et sur l’usage du véhicule. S’il s’agit d’un gros rouleur qui réalise un nombre important de kilomètres dans l’année, la LLD est préférable. En effet, une utilisation intensive du véhicule est à l’origine d’une usure prématurée. Or, la LLD comprend un service d’entretien qui prend en charge les réparations mécaniques, les opérations d’entretien recommandées par le constructeur ainsi que les contrôles techniques. La fourniture des pièces détachées, des liquides de freins et autres lubrifiants est comprise dans l’offre au même titre que l’assistance en cas de panne, de vol, d’accident ou de perte. La LLD est également intéressante pour les fonctionnaires qui aiment changer régulièrement de voitures. La restitution obligatoire en fin de bail leur permet de renouveler leur auto contre un modèle neuf et récent sans s’astreindre aux contraintes de la revente.

La LOA pour sa part est dédiée aux petits rouleurs qui aspirent à la propriété. Tout au long de la location, le véhicule appartient au bailleur, mais dès que l’option d’achat a été levée, la carte grise est transférée au nom du nouveau propriétaire. En revanche, la LOA est préférable pour les personnes détenant une épargne confortable, en raison du règlement de l’apport lors de la souscription. Ce premier loyer majoré comme il est également appelé représente 15 % du prix total de la voiture. Il peut être revu à la baisse si le contractant est éligible à des aides gouvernementales comme la prime à la conversion ou les bonus écologiques. Il est également possible d’éviter le paiement de ce capital en optant pour une reprise avec leasing. Seuls les fonctionnaires détenant déjà un autre véhicule dont ils souhaitent se séparer sont éligibles.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : CYtfzw

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers